Français 
Backer 70 år


Tout a commencé par une passion pour la technique, une soif de curiosité et une envie d’entreprendre. Aujourd’hui, la solution de chauffage brevetée de Christian Backer est sans doute plus pertinente que jamais.


Backer 70 år

Christian Backer

LE PARCOURS DE VIE DE CHRISTIAN BACKER ET LA GENÈSE DE L'ÉLÉMENT CHAUFFANT BACKER

Christian Backer nait en 1885 dans le village norvégien de Flisa situé à quelques dizaines de kilomètres au nord de Kongsvinger. Son père est un petit fermier mais a aussi une forge. Christian Backer est le cadet d’une fratrie de huit enfants. La plupart des membres de la fratrie émigrent à un jeune âge aux États-Unis et au Canada. Très tôt, Christian Backer se révèle doué pour la recherche. Son brevet professionnel en poche, il devient l’assistant d’un professeur à l’Université de technologie de Trondheim, en même temps qu’il mène des études supérieures. Le professeur qu’il assiste travaille notamment sur l’extraction de magnésium pur à partir de l’eau de mer.

C’est en travaillant sur le magnésium métallique que Christian Backer identifie les propriétés de l’hydroxyde de magnésium et de l’oxyde de magnésium. Il voit la possibilité de créer, à partir du magnésium métallique pur, qui est un bon conducteur électrique, de l’oxyde de magnésium, qui est un des meilleurs isolants électriques et un bon conducteur thermique, même à haute température.

Backer 70 år

Brevet complémentaire de brevet de base date de 1921

Pour centrer et mettre en place les composants de base, il rentre une résistance spiralée dans un tube en magnésium métallique puis il introduit le tout dans un tube protecteur. Reste ensuite à transformer le magnésium métallique conducteur en un isolant électrique. Christian Backer résout le problème en introduisant dans un autoclave de la vapeur d’eau à haute température et sous haute pression. Le magnésium métallique se transforme alors en hydroxyde de magnésium, qui, au terme du chauffage qui suit, donne de l’oxyde de magnésium et de l’eau.


- UNE MÉTHODE RÉVOLUTIONNAIRE -


Le « procédé Backer » est né. Grâce à lui, il est désormais possible de fabriquer un composant de chauffage facile à appliquer pour les ménages et l’industrie. Par rapport aux solutions existantes utilisant de la stéatite ou aux spirales isolées avec de la micanite, la méthode mise au point par Backer est révolutionnaire. Le brevet de base date de 1921. Il est suivi de plusieurs brevets complémentaires au cours des années 1920 et 1930.Ce que visait Christian Backer, c’était de mettre au point, grâce à sa méthode, un produit suffisamment performant pour la fabrication d’une plaque de cuisson électrique qui pourrait remplacer la cuisinière à gaz. Pour mieux transférer la chaleur de la résistance spiralée au tube enveloppe, les éléments doivent être pressés après coup. Cependant, beaucoup d’autres problèmes doivent encore être résolus pour faire du produit une source de chaleur de haute qualité.Christian Backer émigre au Canada et fait construire à Ottawa, dans la province d’Ontario, une installation pour poursuivre ses expériences. Pour diriger le site, Christian Backer fait appel à Johan Wetlesen, ami et ancien collaborateur de Trondheim.Christian Backer développe un concept global pour les sites de production et vend des licences d’exploitation de sa méthode dans le monde entier, notamment à:

 

  • Westinghouse, Pittsburgh, États-Unis
  • Metropolitan Vickers, Manchester, Angleterre
  • Voigt & Haeffner (Siemens), Bad Soden, Allemagne
  • SA Calor, Lyon, France
  • Polytherm Ltd, Arundel, Afrique du Sud
  • Pyrox SA, Bergen, Norvège
  • Pomerska Elektrowna, Torun, Pologne


En 1938, Christan Backer crée sa propre entreprise au Royaume-Uni. Son nom est Backer Electric Ltd. elle est installée à Rotherham, dans le comté de York. Johan Wetlesen est désigné directeur général. En 1950, il est succédé par Carl Kramer, un avocat marié à la fille de Christian Backer, Mona. Après la mort de Carl Kramer en 1961, Stan Nimrod est désigné directeur général. Il avait rejoint l’entreprise dès sa création.

 

Les licences d’exploitation accordées aux différentes sociétés rapportent des revenus substantiels à Christian Backer. Le coût de la licence se base sur le nombre d’éléments chauffants fabriqués mesuré en kW.

 

Après la guerre, Christian Backer veut monter une affaire en Suède, son épouse Elsa ayant des origines suédoises. Elsa est une cousine du propriétaire foncier Nils Bernerup. En 1948, Christian Backer rend visite, avec Johan Wetlesen, à quelques-uns des plus grand fabricants d’appareils de chauffage électrique pour leur présenter leur produit. Christian Backer exige qu’une usine qui reçoit licence incorpore le nom de Backer dans sa raison sociale. Mais ni Kockums, ni Electrolux ni Elektorhelios n’acceptent cette condition.

 

Pour conclure son voyage, ils rendent visite à Nils Bernerup, à qui ils évoquent leur souci. Nils Bernerup et son entourage décident de tenter l’aventure. Parmi eux, on retrouve notamment le parlementaire Erik Nilsson. C’est ainsi qu’en 1949 voit le jour la société Backer Elektro Värme AB, codétenue par la famille Backer et le groupe suédois fraîchement constitué.

 

Nils Bernerup fait de l’élevage porcin industriel et se fournit en porcelet chez Smågriscentralen, à Sösdala. Par l’intermédiaire de son directeur général, Gunnar Ohlsson, Nils Bernerup est mis en contact avec le procureur Edgar Holm, l’homme fort de Sösdala. Par l’entremise d’Edgar Holm, une parcelle de la ferme de Tureholm, propriété de Hilding Jönsson, est acquise pour y construire l’usine.

 

Backer Angleterre avait pour agent en Suède le capitaine à la retraite Bo Lindesvärd, qui avait servi d’intermédiaire dans une affaire portant sur des éléments Backer à double isolant pour haute tension destinés à la Société nationale des chemins de fer suédois (SJ). Bo Lindesvärd était donc tout désigné comme directeur général. Comme directeur de la production est nommé Bertil Håkansson, ingénieur civil de Tjörnarp. Il est envoyé au Royaume-Uni pour se familiariser avec la production.

 

M. Pierre Schwob, directeur technique de SA à Lyon (France) dirigeait et contrôlait les travaux d’installation à Sösdala. Pendant tout ce temps, il logeait à l’hôtel de Sösdala. Comme M. Schwob ne parlait que le français, la fille de Christian Backer, Margareta, faisait office d’interprète et assistante. Chanteuse d’opéra, Margareta, avait également suivi une formation technique.

 

Christian Backer mourut le 30 août 1952 au cours d’une mission pour le compte de Backer sur le site de Vedaverken, à Södertälje. Vedaverken fournissait les tubes en magnésium. Ils avaient des problèmes et lorsque Christian Backer a constaté qu’ils n’avaient pas suivi ses plans et ses instructions, il fut pris d’une telle émotion que son cœur s’arrêta. Christian Backer est enterré dans son village natal de Flisa, en Norvège.

 

Sven Christensson

(Directeur général de Backer AB, 1956-1980)

Wind energy

Solar energy

Solar energy

Heat pump technology

Heat pump technology

Solutions for electric cars

Solutions for electric cars

Backer 70 år

Christer Fredriksson

BACKER D'HIER ET DE DEMAIN

- Une brève interview avec Christer Fredriksson, directeur général de Backer

Il peut sembler paradoxal qu’une technique presque centenaire peut contribuer à résoudre quelques-uns des plus gros défis de notre temps. Les éléments chauffants tubulaires brevetés par Christian Backer se retrouvent dans bon nombre des produits que nous utilisons au quotidien et jouent un rôle important aussi bien dans les voitures et les transports que les solutions pour chauffer de façon efficace et écologique.

« De nos jours, quand on évoque le chauffage, on pense aux pompes à chaleur, l’énergie solaire, etc. Ce sont là des cibles importantes à qui nous livrons nos produits », explique Christer Fredriksson, directeur général du groupe Backer qui a son siège à Sösdala. L’électrification en cours du parc automobile appelle notamment des chauffe-batteries, des résistances pour les freins et le chauffage des caméra et rétroviseurs. Tandis que les chemins de fer ont besoin de solutions pour chauffer les trains et les aiguillages. Backer développe, fabrique et livre tout cela. De plus, la hausse de la consommation d’électricité exige une hausse de la production d’électricité, qui est le prochain grand défi. Là aussi, Backer joue un rôle important en tant que fabricant de produits destinés aux éoliennes, en particulier des solutions de chauffage pour des palles et des résistances pour le contrôle des installations.


« Soudain, nos produits sont un des éléments de solution au défi climatique. Il est fascinant que ce rôle revienne à une invention du début des années 1920. »

(Christer Fredriksson)


Au fil des décennies, Backer a activement affiné son concept d’entreprise. Grâce au développement du numérique, les éléments chauffants tubulaires peuvent être associés à des systèmes de contrôle intelligents, notamment dans le but de faire des économies d’énergie et donc de coûts. Par le passé, seules comptaient les performances. Aujourd’hui, l’accent repose principalement sur le contrôle.

Et Christer Fredriksson de comparer avec les voitures : la puissance du moteur n’est plus le principal argument de vente ; ce sont les fonctionnalités.

« Aujourd’hui, notre concept, c’est le chauffage et le contrôle intelligents. Il s’est élargi avec les années à mesure que nous avons fait entrer de nouvelles technologies et augmenté la valeur ajouté. Par contre, l’élément chauffant repose toujours sur la même technologie de base.

(Texte & interview de Johan Bentzel pour Norra Skåne/Skd
Publié en annexe Affärsliv)


BACKER AB · FABRIKSGATAN 11 · SE-282 71 SÖSDALA · TÉL: +46 (0)451-66100 · [email protected] · Corp. reg: 5560530569

Copyright © 2017 Backer AB